Chirurgie esthétique – chirurgie plastique intime :

Vaginoplastie «  Rajeunissement vaginal »

Correction des béances vaginales causées par les accouchements, l’altération des tissus dû à l’âge,la mauvaise tonicité musculaire. Le but de l’intervention est de redonner un diamètre optimal au conduit vaginal afin de lui redonner son élasticité et sa tonicité et améliorer sa fonction lors des rapports sexuels.

Périnéoplastie

Reconstruction de traumatismes périnéaux et périnée cicatriciel.
REFECTIONS de CICATRICES douloureuses ou disgracieuses au niveau vaginal et périnéal (après épisiotomie et accouchement).

Plastie labiales

L’intervention peut être associée à une réduction du capuchon clitoridien.

Réduction des GRANDES LEVRES : la taille des grandes lèvres peut varier après les accouchements ou une prise de poids.
Une réduction de volume avec plastie permet de dissimuler les cicatrices dans les plis naturels de la peau.

Réduction des PETITES LEVRES, correction d’asymétrie, de déchirures.
Ces anomalies peuvent provoquer une gène physique (pratique de sport, port de vêtements) ainsi qu’une gêne psychologique (gêne lors des rapports, crainte du regard du partenaire).
L’intervention par plastie en V ou le modelage minutieux permet de diminuer l’ampleur des lèvres ou de corriger les asymétries tout en conservant intactes les zones érogènes et le galbe souhaité.
Le but est de préserver une anatomie harmonieuse en préservant l’innervation, la sensibilité, la pigmentation avec l’aspect esthétique optimal.

Clitoridoplasties

L’exérèse de peau excessive recouvrant le clitoris au centre ou latéralement permet un « désenfouissement » du clitoris.RECONSTRUCTION du clitoris après mutilation : Dans la plupart des cas l’excision du clitoris a été limitée aux parties superficielles.
Les racines profondes et latérales peuvent être retrouvées afin de reconstruire un nouveau clitoris et de restaurer la sensibilité.

Réduction du CAPUCHON du clitoris : La peau recouvrant le clitoris (« capuchon », « prépuce clitoridien ») peut être en excès voir trop épaisse et causer une gêne esthétique, entrainer une diminution de sensibilité et interférer dans la stimulation.

Hymenoplasties

RECONSTRUCTION hyménéale : les rapports sexuels, l’emploi de tampons, les lésions accidentelles, la pratique de certains sports provoquent la déchirure de l’hymen.
La reconstitution d’un voile hyménéal complet copiant l’hymen naturel est possible par suture des réliquats de l’hymen ou par plastie de muqueuse vaginale.

Plastie du Point «G»

Les techniques de plastie vaginale en réduisant le calibre du vagin peuvent améliorer la stimulation du point G.

Des techniques d’ampliation (augmentation de volume) par injection de collagène ou d’acide hyaluronique peuvent augmenter la réceptivité aux stimuli.

Rehaussement du point « G » ( point G de Grafenberg).
Le ralachement des parois vaginales, l’altération des tissus dû à l’âge peuvent atténuer ou faire disparaître le plaisir vaginal.